vendredi 29 mars 2019

Evènement : entretien spécial avec Bernardo Lanzetti


Aujourd’hui, interview un peu spéciale avec un personnage assez décalé dans le paysage prog italien : j’ai parlé de Bernardo Lanzetti. Il a fait partie d’Acqua Fragile et de Premiata Forniera Marconi, et plus récemment de Mangala Vallis. Il a également participé à d’autres projets et a sorti plusieurs albums sous son propre nom. L’homme est étonnant, parfois difficile à cerner mais toujours intéressant et passionnant. C’est ce qui fait  son charme mais aussi sa force.

LDN : Bonjour Bernardo, je suis très heureux de pouvoir discuter avec toi. Mais avant de commencer, les lecteurs de ce blog doivent savoir quelque chose. Nous avons passé un deal ensemble : tu ne réponds qu’aux questions qu’on ne t’a jamais posées. Let’s go.

LDN : Bernardo, comment te définis-tu en tant qu’artiste ?
BL : Je suis un honnête peintre, un écrivain, un sculpteur et un musicien qui travaille à décorer, à décrire ou à divertir. Un artiste doit pousser sa création ou sa performance au-delà de son imagination. Je suis trop jeune pour vérifier si j’ai réussi !

Pourquoi dis-tu que tu es un outsider de la scène prog italienne ?
Les morceaux de mes deux premiers albums avec Acqua Fragile n’ont jamais été diffusés (à l’époque la RAI était la seule radio/télévision en Italie). Mes débuts sur scène avec Premiata Forniera Marconi ont eu lieu à Tokyo  et plus tard, nous avons fait des tournées au Royaume-Uni et aux États-Unis. Sur mon troisième album avec le groupe, Passpartù, tout en italien, le groupe ne voulait pas me laisser écrire les paroles et, même en tant que chanteur, m’a sous-employé. Lorsque j’ai quitté la PFM, le batteur a pris la place de chanteur principal et la plupart des fans ont semblé quand même contents, alors…
  
Es-tu plus à l’aise à chanter en anglais ou en italien ?
Quand j’étais enfant, à l’église, je chantais en latin. Puis tout d’un coup, les Beatles, les Stones et tous les autres groupes sont arrivés en Italie alors que nous n’avions que des groupes italiens qui faisaient de mauvaises reprises en italien. Plus tard, nous avons eu Led Zeppelin, King Crimson, Genesis, et plein d’autres groupes prog. Après avoir obtenu mon diplôme à la High School aux États-Unis, il a été tout à fait naturel pour moi de rejoindre la cohorte des groupes  faisant du rock et du prog avec un chant en anglais. D’un autre côté, qui chanterait du flamenco en allemand ou des opéras italiens en chinois ?

Quel est le meilleur album que tu ais enregistré ?
Ce n’est franchement pas facile de répondre à cette question. Avec Acqua Fragile, nous avions un budget tellement faible qu’il n’était pas possible pour tous les membres du groupe de rester à Milan pendant toute la durée des enregistrements. Avec la PFM, pour Chocolate Kings, on m’a demandé de rejoindre le groupe seulement trois jours avant de rentrer en  studio. J’ai dû très vite apprendre toutes les lignes vocales qu’ils avaient déjà conçu et  écrire les paroles qui manquaient juste pour « Out Of The Roundabout ». Pour Jet Lag, il y a eu beaucoup de problèmes en studio à Los Angeles, alors nous avons fini l’enregistrement à Londres et je me souviens qu’on m’a demandé de chanter à quatre heures du matin, juste après être arrivé d’Italie par un long vol qui avait beaucoup de retard. En fait, tous les enregistrements de ma carrière ont été compliqués et ont demandé beaucoup d’énergie. Je pourrais peut-être répondre à ta question en disant que Mass Media Stars (avec Acqua Fragile) est sans doute l’album qui est le meilleur dans le contexte prog. Cover Live (album solo de 1997) a été le plus facile à enregistrer en live et à mixer directement sans rerecording. A New Chant (le dernier en date avec Acqua Fragile, 2017) est celui qui sonne le mieux, à mon avis. Les meilleures paroles se trouvent sur les albums avec CCLR et Lanzetti-Roversi.

Quelle est la chanson dont tu es le plus fier ?
« Morning comes » (sur le premier album d’Aqua Fragile, 1973)  a une mélodie unique placée sur des arpèges très intéressants.

Dans quels groupes anglais ou américains aurais-tu voulu chanter ?
J’ai fait partie d’un groupe anglais qui s’appelait The Steam Band avec Steve Simpson (Roger Chapman), Jon Perry (ex Caravan), Dzal Martin (ex Equals), Jackie McAuley (ex Them) et Clive Bunker (ex Jethro Tull) mais à cette époque j’étais prêt à jouer avec n’importe quel groupe anglais ou américain, connu ou pas. Aujourd’hui, ce n’est plus mon truc.  

Avec le recul, chanter pour Premiata Forniera Marconi a été une bonne expérience ou pas, pour toi ?
Hum, disons que de 1975 à 1977, j’ai vraiment aimé être dans ce groupe et çà a été globalement une bonne expérience.

Pourquoi la chanson « Cherchez la femme » ( Bernardo Lanzetti , 1982) ? C’était juste un titre comme çà ou  il y avait autre chose ?
Même si mes albums sont principalement en anglais, je me considère également comme un bon parolier en italien mais comme je suis toujours à la recherche de mots avec des accents particuliers, j’aime utiliser des phrases dans différentes langues quand leur signification est  connue ou reconnue partout dans le monde. Avec « chiffon » (dans la chanson « Vita In Provetta ») et « Voilà La voix », « Cherchez La Femme » sont probablement les seuls mots de français que j’ai utilisé, mais j’ai fait du bon boulot avec cette chanson.

Ton album I sing the voice impossible (1998) était très différent du reste de ta production en solo. Je fais allusion aux atmosphères très particulières et mystérieuses. C’était voulu ? 
Oui tu as raison. Cet album est très personnel. C’est mon manifeste pour une musique d’avant-garde.

Qui a fait l’artwork pour Eclecticlanz (2008), il est vraiment très réussi ?
Cet album est une oeuvre totale d’avant-garde. A chaque morceau correspond un support visuel qui peut être une peinture, un dessin, une photo ou une vidéo, fait par moi. Certains d’entre eux contiennent des expérimentations commencées parfois vingt ans avant. La pochette de l’album a été conçue et produite avec la designer de mode Amnerys Bonvicini qui est devenue plus tard ma femme. Une de mes peintures à l’huile « Water Girl » et une image de mon clip vidéo « Radio Far East » ont été imprimées sur des tissus pour devenir une véritable collection de mode, mais le matériau de base a aussi été découpé et cousu pour produire des jaquettes de CD uniques pour l’album, ce qui n’avait jamais été fait avant.

A propos de ton album Eclecticlanz, tu parles réellement le grec ancien ?
Dans le théâtre grec antique, le chœur devait toujours parler d’un rythme monotone et régulier. Dans « Hylas and the Nymph », inspiré par le poème ancien, en parlant à travers un vocoder, j’ai utilisé ce procédé pour faire ressurgir le poème et pour créer en quelque sorte un tempo subtil. Bien sûr, j’ai dû apprendre à prononcer les paroles originales écrites par Apollonio, (poète gréco-égyptien, 295 avant J.-C).

J’aime vraiment beaucoup l’album que tu as fait avec Cristiano Roversi en 2015 (Quasi English). Vous avez prévu d’en faire un autre ensemble ? Où en sont les projets avec le trio CCLR (Cavalli Cocchi – Lanzetti - Roversi) ?
Le trio CCLR avait un grand avenir devant lui mais des problèmes personnels entre Cavalli-Cocchi et Roversi l’ont réduit à un duo. Puis d’autres problèmes entre ce dernier et moi n’ont pas permis de pousser encore plus loin ce projet.

Faire une cover de Gentle Giant (« Convenience » ) était une idée venant de toi ou de Roversi ? J’ai trouvé le résultat très réussi bien que plus hard par rapport à la version  originale.
Roversi a eu cette idée dans ses toilettes ! J’ai ainsi pu chanter un morceau de ce groupe fantastique avec lequel Acqua Fragile a fait une tournée, en ouvrant pour eux, en 1973. Je les avais vus sur scène à Londres en 1971. Pas plus de douze personnes assistaient à ce concert !

Chanter avec Mangala Vallis t’a procuré de bonnes sensations ? C’était juste une participation unique ou tu aurais pu continuer avec eux ?
Mangala Vallis m’a réconcilié avec le rock progressif. Je voulais continuer mais ils étaient  OK pour prendre seulement mes paroles mais pas ma musique.

Es-tu content du retour de A New Chant, (le récent album d’Acqua Fragile) ? Tu penses que tu vas refaire un album avec Acqua Fragile ?
J’ai été très satisfait et même très surpris des bons retours. Acqua Fragile pourrait faire un nouvel album mais je pense que cela prendra du temps.

Les années passant, tu sembles de plus en plus attiré par le chant lyrique (cf. « Sublime » ou « Fango » par exemple). Est-ce que tu penses que c’était finalement ta voie ?
Je ne peux pas être un chanteur d’opéra mais je suis capable de sortir les notes justes avec une certaine puissance. J’aime faire des expériences avec mes cordes vocales et avec la respiration. Alors des trucs qui sont rock à la base peuvent sembler se rapprocher du chant lyrique.

A propos de chant lyrique, quel est ton avis sur Francesco di Giacomo (le chanteur décédé de Banco del Mutuo Soccorso) ?
Di Giacomo était un merveilleux chanteur et un frontman parfait pour Banco mais je ne le classerais pas comme chanteur d’opéra.  

Sur quels projets artistiques, travailles-tu actuellement ?
Je suis en train de finir un nouvel album solo avec des invités spéciaux (David Jackson, David Cross, Jonathan Mover et Tony Levin).

...

LDN : Je ne sais pas si tu es un outsider sur la scène prog italienne mais tu en es en tout cas une personnalité importante du rock progressif italien. Merci pour tout Bernardo.

mercredi 20 mars 2019

Conqueror : in orbita

Un nouvel album chez Conqueror, in orbita, enregistré entre mai 2017 et octobre 2018 avec bien sûr Natale Russo à la batterie et Simona Rigano aux claviers et au chant, accompagnés de Tino Nastasi (guitares), Edoardo Raguni (basse), Sofia Ferraro (winds), Giovanni Alibrandi (violon). Je n'ai pas encore la musique mais çà va venir.  Je vous tiens au courant.

lundi 18 mars 2019

A Lifelong Journey

A Lifelong Journey est un tout nouveau groupe italien qui arrive de Pavie(merci à Rossana). Nul doute que le style de musique pratiqué par ses deux membres devrait plaire à beaucoup de monde et aller titiller des oreilles de mélomanes sûrement bien au-delà des frontières virtuelles du prog italien car il y a de très  belles choses à écouter sur cet album numérique. Je vous laisse découvrir. Perso, j'ai beaucoup aimé.

Vous avez ici le lien Spotify :
https://open.spotify.com/album/58iq2Rzfdbz8zVcPXLz1tL?si=QfGJXUcMRHmtjg03YSGUPw

Et pour ceux qui préfèrent, vous trouverez le titre par titre de l'album sur YT à partir de ce lien :

https://www.youtube.com/watch?v=bB91eSmMjBc&list=PLvrxlZivWcqIkUycOBIHE8wGMrhuEUdJI

Voici, l'ordre des morceaux :

- "Overture"
- "Streets of Empathy"
- "The Shadow"
- "Illusion"
- "Reality"
- "The Shadow (reprise)"
- "Reflections from the Window"
- "Disillussion"
- "Fate"
- "Open Up"
- "Where we belong"
- "Memories"
- "Streets of Empathy (reprise)"


dimanche 10 mars 2019

" Ho rischiato di vivere" (La Curva di Lesmo)

Un des morceaux les plus ambitieux composés par Fabio Zuffanti. A la lecture de quelques chros, il semble que Fabio ait perdu du monde en route. Et oui, le prog, c'est aussi çà : de l'imprévu et de l’exigence. Pour une fois, on ne reprochera pas à Zuffanti de ressasser toujours les mêmes vieux plans. Mon conseil, accrochez-vous, çà en vaut le coup.

https://www.youtube.com/watch?v=mKVrf0e_SOg

La Curva di Lesmo est sorti en 2015. L'album a été fait à deux avec Stefano Agnini (La Coscienza di Zeno). La pochette reprend un dessin de Guido Crepax, auteur de la couverture du Nuda de Garybaldi.
Zuffanti et Agnini se sont entourés de quelques habitués : Gabriele Guidi Colombi et Luca Scherani pour La Coscienza di Zeno, Andrea Orlando et Boris Valle pour Finisterre, Edmondo Romano (Ancient Veil), Laura Marsano mais aussi de quelques invités : Fabio Gremo (Il Tempio delle Clessidre) , Jenny Sorrenti (Saint Just), Max Manfredi et la regrettée chanteuse d'Analogy, Jutta Taylor Nienhaus (le récitatif en allemand, c'est elle).

samedi 9 mars 2019

Le coin des vinyles : La Maschera di Cera (La Maschera di Cera)


  





Il s'agit d'une édition vinyle récente de 2015, l'album n'étant sorti à l'origine (2002) qu'en CD. La Maschera di Cera est un des groupes créé par Fabio Zuffanti. Celui là était délibérément orienté rétro prog. En outre, Fabio avait imaginé une formation sans guitare pour produire une musique très centrée sur les claviers, de préférence analogiques et vintage. Sur ce premier disque éponyme, Fabio Zuffanti est à la basse, Agostino Macor aux claviers, Marco Cavani à la batterie, Andrea Monetti à la flûte et le chant est assuré par Alessandro Corvaglia. Quatre autres albums vont suivre jusqu'au magnifique Le Porte del Domani (2012).
La dernière prestation scénique de La Maschera di Cera aura été pour la FIM, le 22 mai 2014, à Gênes, avec Maurizio di Tollo (batterie), Agostini Macor (claviers), Alessandro Corvaglia (chant), Laura Marsano (guitares), Andrea Monetti (flûte) et ...Guglielmo Mariotti à la basse. Fabio ayant annoncé le jour même qu'il se retirait du groupe. Ecoutez ce premier album, il a un côté envoutant qui m'a toujours subjugué.

mercredi 6 mars 2019

Celeste : il risveglio del principe

Entre le premier album de Celeste et celui-ci, il y a 43 ans d'écart. Énorme me direz vous. Oui, à l'échelle du temps qui passe, non si l'on parle musique. Car entre Principe di un Giorno (1976) et ce il risveglio del principe, il n' y a pas tant de différences que çà. La raison ? simple ! Cette musique est intemporelle. Ciro Perrino, le seul rescapé des débuts, fait dans la finesse et dans la délicatesse. Alors certes, le piano prend le pas sur le mellotron et les lignes mélodiques sont plus classiques, quand Principe di un Giorno n'hésitait pas à faire quelques écarts vers le folk, le jazz et le Canterbury. On sent aussi que il risveglio del principe est très écrit. Il gagne ainsi en profondeur là où Principe di un giorno dégageait en permanence une impression  de légèreté. Peu importe, cette musique est belle.
il risveglio del principe ne surpasse pas Principe di un giorno, il le complète. Parfois, il s'en rapproche comme sur "Fonte Perenne".

Enfin deux personnes que j'aime beaucoup sont venues participer à cet album : Elisa Montaldo au chant ("Statue di Sale") et Alfio Costa à l'orgue.
Vous pouvez écouter sur bandcamp, voici le lien :
https://ciroperrino.bandcamp.com/album/il-risveglio-del-principe
pour acheter, voici l'adresse pour contacter Ciro  :
ciroperinno1950@gmail.com

samedi 2 mars 2019

La Batteria II

La Batteria va sorti son nouvel album le 5 avril 2019. çà pourrait faire très mal si je m'en réfère au premier titre posté sur YT :

 https://www.youtube.com/watch?v=EEo612ftqIs