lundi 18 mars 2019

A Lifelong Journey

A Lifelong Journey est un tout nouveau groupe italien qui arrive de Pavie(merci à Rossana). Nul doute que le style de musique pratiqué par ses deux membres devrait plaire à beaucoup de monde et aller titiller des oreilles de mélomanes sûrement bien au-delà des frontières virtuelles du prog italien car il y a de très  belles choses à écouter sur cet album numérique. Je vous laisse découvrir. Perso, j'ai beaucoup aimé.

Vous avez ici le lien Spotify :
https://open.spotify.com/album/58iq2Rzfdbz8zVcPXLz1tL?si=QfGJXUcMRHmtjg03YSGUPw

Et pour ceux qui préfèrent, vous trouverez le titre par titre de l'album sur YT à partir de ce lien :

https://www.youtube.com/watch?v=bB91eSmMjBc&list=PLvrxlZivWcqIkUycOBIHE8wGMrhuEUdJI

Voici, l'ordre des morceaux :

- "Overture"
- "Streets of Empathy"
- "The Shadow"
- "Illusion"
- "Reality"
- "The Shadow (reprise)"
- "Reflections from the Window"
- "Disillussion"
- "Fate"
- "Open Up"
- "Where we belong"
- "Memories"
- "Streets of Empathy (reprise)"


dimanche 10 mars 2019

" Ho rischiato di vivere" (La Curva di Lesmo)

Un des morceaux les plus ambitieux composés par Fabio Zuffanti. A la lecture de quelques chros, il semble que Fabio ait perdu du monde en route. Et oui, le prog, c'est aussi çà : de l'imprévu et de l’exigence. Pour une fois, on ne reprochera pas à Zuffanti de ressasser toujours les mêmes vieux plans. Mon conseil, accrochez-vous, çà en vaut le coup.

https://www.youtube.com/watch?v=mKVrf0e_SOg

La Curva di Lesmo est sorti en 2015. L'album a été fait à deux avec Stefano Agnini (La Coscienza di Zeno). La pochette reprend un dessin de Guido Crepax, auteur de la couverture du Nuda de Garybaldi.
Zuffanti et Agnini se sont entourés de quelques habitués : Gabriele Guidi Colombi et Luca Scherani pour La Coscienza di Zeno, Andrea Orlando et Boris Valle pour Finisterre, Edmondo Romano (Ancient Veil), Laura Marsano mais aussi de quelques invités : Fabio Gremo (Il Tempio delle Clessidre) , Jenny Sorrenti (Saint Just), Max Manfredi et la regrettée chanteuse d'Analogy, Jutta Taylor Nienhaus (le récitatif en allemand, c'est elle).

samedi 9 mars 2019

Le coin des vinyles : La Maschera di Cera (La Maschera di Cera)


  





Il s'agit d'une édition vinyle récente de 2015, l'album n'étant sorti à l'origine (2002) qu'en CD. La Maschera di Cera est un des groupes créé par Fabio Zuffanti. Celui là était délibérément orienté rétro prog. En outre, Fabio avait imaginé une formation sans guitare pour produire une musique très centrée sur les claviers, de préférence analogiques et vintage. Sur ce premier disque éponyme, Fabio Zuffanti est à la basse, Agostino Macor aux claviers, Marco Cavani à la batterie, Andrea Monetti à la flûte et le chant est assuré par Alessandro Corvaglia. Quatre autres albums vont suivre jusqu'au magnifique Le Porte del Domani (2012).
La dernière prestation scénique de La Maschera di Cera aura été pour la FIM, le 22 mai 2014, à Gênes, avec Maurizio di Tollo (batterie), Agostini Macor (claviers), Alessandro Corvaglia (chant), Laura Marsano (guitares), Andrea Monetti (flûte) et ...Guglielmo Mariotti à la basse. Fabio ayant annoncé le jour même qu'il se retirait du groupe. Ecoutez ce premier album, il a un côté envoutant qui m'a toujours subjugué.

mercredi 6 mars 2019

Celeste : il risveglio del principe

Entre le premier album de Celeste et celui-ci, il y a 43 ans d'écart. Énorme me direz vous. Oui, à l'échelle du temps qui passe, non si l'on parle musique. Car entre Principe di un Giorno (1976) et ce il risveglio del principe, il n' y a pas tant de différences que çà. La raison ? simple ! Cette musique est intemporelle. Ciro Perrino, le seul rescapé des débuts, fait dans la finesse et dans la délicatesse. Alors certes, le piano prend le pas sur le mellotron et les lignes mélodiques sont plus classiques, quand Principe di un Giorno n'hésitait pas à faire quelques écarts vers le folk, le jazz et le Canterbury. On sent aussi que il risveglio del principe est très écrit. Il gagne ainsi en profondeur là où Principe di un giorno dégageait en permanence une impression  de légèreté. Peu importe, cette musique est belle.
il risveglio del principe ne surpasse pas Principe di un giorno, il le complète. Parfois, il s'en rapproche comme sur "Fonte Perenne".

Enfin deux personnes que j'aime beaucoup sont venues participer à cet album : Elisa Montaldo au chant ("Statue di Sale") et Alfio Costa à l'orgue.
Vous pouvez écouter sur bandcamp, voici le lien :
https://ciroperrino.bandcamp.com/album/il-risveglio-del-principe
pour acheter, voici l'adresse pour contacter Ciro  :
ciroperinno1950@gmail.com

samedi 2 mars 2019

La Batteria II

La Batteria va sorti son nouvel album le 5 avril 2019. çà pourrait faire très mal si je m'en réfère au premier titre posté sur YT :

 https://www.youtube.com/watch?v=EEo612ftqIs

dimanche 24 février 2019

Finisterre : réunion

La nouvelle n'était connue que des proches mais elle est maintenant officielle : Finisterre se reforme en 2019 le temps de quelques concerts au festival Terra Incognita au Québec (17, 18, 19 mai) et en France au Prog Sud (30 & 31 mai, 1er juin) qui a eu le bonne idée de les inviter.
Le groupe sera recomposé autour de Fabio Zuffanti bien sûr (basse, chant), Stefano Marelli (guitare, chant), Andrea Orlando (batterie), Boris Valle (claviers), Agostino Macor (claviers). Edmondo Romano du groupe Ancient Veil (flûte) viendra en renfort .
Mais j'ai encore mieux : pour fêter les 25 ans de sa sortie, Finisterre va en profiter pour réenregistrer son premier album qui devrait être prêt en mai justement ! 
Vivement le mois de mai !


Macchina Pneumatica : Riflessi Maschere

Je vous avais annoncé l'arrivée de cet album. Il est enfin sorti. Je dis enfin car ce disque est une tuerie. Un modèle du genre. Alors bien sûr les esprits les plus chagrins vont encore dire que c'est du rétro prog. Eh bien oui, et alors ? Quand la musique est bonne, on prend et on écoute religieusement ou alors on se tape en boucle les victoires de la musique avec les branleurs et on laisse les hommes, les vrais, tranquilles. Parce que là c'est du lourd, du couillu avec du groove et des giclées d'orgue Hammond un peu partout. My God, quelle claque !
Bon vous l'avez compris j'adore cet album qui est fait pour moitié du meilleur prog italien vintage et pour l'autre d'un hard prog comme on n'en fait plus. A cet égard, la plongée dans les seventies est absolument jouissive. Vivement la fin de l'année 2019 pour le hisser en haut de mon classement RPI. 
Vous pouvez écouter cette merveille en suivant ce lien (n'oubliez pas le guide, merci !)


https://soundcloud.com/enzo-vitagliano/riflessi-e-maschere/s-d9tr5?fbclid=IwAR1U9wZVB5KGn-olEnJmuleUesI9qGBKdskjS6_My8O2_8uMh4rfjw1JiM0

Les pistes :
1 Gli abitanti del pianeta
2 Quadrato
3 Come me
4 Avvoltoi
5 Sopravvivo per me
6 Macchina pneumatica

C'est sorti chez Black Widow Record

jeudi 14 février 2019

Banco del Mutuo Soccorso : Transiberiana

Cette fois c'est au tour d'un autre dinosaure du prog italien de signer avec Inside Out. Après Premiata Foniera Marconi, Banco del Mutuo Soccorso repart pour une nouvelle aventure discographique, vingt six ans après son dernier album studio. Évidemment sans Francesco di Giacomo, çà fait bizarre mais tant qu'à faire, je préfère encore un nouvel album avec des nouveaux titres que d'entendre des reprises de BMS avec le nouveau chanteur (qui est très bon, ce n'est pas le problème). 
Transiberiana va sortir le 26 avril et évidemment la pochette est un gros clin d’œil au tout 1er album de 1972.
Voilà déjà les titres :
1. Stelle sulla terra
2. L'imprevisto
3. La discesa dal treno
4. L'assalto dei lupi
5. Campi di Fragole
6. Lo sciamano
7. Eterna Transiberiana
8. I ruderi del gulag
9. Lasciando alle spalle
10. Il grande bianco
11. Oceano: Strade di sale

samedi 2 février 2019

Le coin des vinyles : Banco (Banco del Mutuo Soccorso)






 
Banco del Mutuo Soccorso : Banco (LP, Manticore, MA6-505S1, edit. USA, 1975)


Banco del Mutuo Soccorso encore ! Mais cette fois il s‘agit du LP publié en 1975 à vocation internationale. A l’instar de Premiata Forniera Marconi ou de Le Orme, Banco tente le coup de la version en anglais. Arrivant juste après les trois albums majeurs du groupe (Banco del Mutuo Soccorso, Darwin, Io sono nato libero), il devrait donc présenter les titres principaux chantés en anglais. Bizarrement, ce n’est pas tout à fait le cas. Je m’explique.
D’abord il y a ce nouveau morceau (« L’albero del pane ») chanté en italien. Allez comprendre !
Ensuite, une bonne partie de la Face A est instrumentale comme si le groupe évitait au maximum l’obstacle (le chant en anglais).
Ensuite, le deuxième album (Darwin) est carrément ignoré. Sachant que c’est sans aucun doute la masterpiece du groupe, voilà qui ne manque pas d’étonner. Enfin, tant qu’à faire de choisir un long titre, « l’evoluzione » ou «   La Conquista Della Posizione Eretta » auraient sûrement été encore plus représentatifs du niveau d’excellence des romains que « Metamoforsi ».
Donc, le résultat n’est pas déshonorant pour la musique de Banco del Mutuo Soccorso mais aurait pu (du) être encore meilleur.
Comme toujours avec Banco, la pochette extérieure et intérieure se veut originale avec deux mises en scène amusantes de Francesco di Giacomo.
Voici la track list avec entre parenthèses la correspondance avec les titres d’origine.

Face A :
Chorale (Traccia theme)
L’albero del pano (inédit)
Metamorphisis (Metamorfosi)

Face B :
Oustide (R.I.P.)
Leave me alone (Non mi rompete)
Nothing’s the same (Dopo niente)
Traccia II (Traccia II)




lundi 28 janvier 2019

Francesco di Giacomo

Francesco di Giacomo l'immense chanteur de Banco del Mutuo Soccorso nous a hélas quitté brusquement le 21 février 2014. Le magazine Prog Italia nous a préparé une grande et belle surprise avec album vinyle qui sortira pile cinq après sa disparation, le 21 février 2019. Au programme 10 chansons inédites du maestro que Prog Italia nous promet joyeuses, ironiques, romantiques et pleines d'émotions. Tout Francesco quoi ! 

mercredi 16 janvier 2019

Phoenix Again : Friends of Spirit

Sortie prévue le 30 mars 2019. Pour l'instant je n'ai que la couverture. La suite quand j'en saurai plus !

dimanche 13 janvier 2019

Premiata Forniera Marconi : Celebration - Live in Nottingham

Esoteric Records, label que j'aime bien, qui a déjà sorti Cook en coffret 3 CD, nous fait à nouveau un beau cadeau de début d'année avec ce Celebration -Live in Nottingham qui comme son nom l'indique est l'enregistrement du concert (a priori complet) du 1er mai 1976 à Nottingham à l'occasion de la tournée Chocolate Kings.  
Le coffret double CD propose la set-list suivante :

CD 1
1. Paper charms
2. Four holes in the ground
3. Dove... quando...
4. Acoustic guitar solo
5. Out of the roundabout
6. Chocolate kings

CD 2
1. Mr. 5 'til 9
2. Celebration
3. La carrozza di Hans
4. Alta Loma 5 'til 9 - William Tell Overture

Le groupe comprenait à l'époque dans ses rangs : Bernardo Lanzetti, Franco Mussida, Flavio Premoli, Mauro Pagani, Patrick Djivas,

Sortie le 25 janvier 2019 !

lundi 7 janvier 2019

Opus Avantra : Rosa Rosae

Attention, encore un retour incroyable. Celui d'Opus Avantra. Ce groupe légendaire connu pour mélanger musique d'avant garde et chant lyrique revient avec un nouvel album, Rosa Rosae, quinze ans après son dernier disque (Venetia e anima) et ...quarante cinq ans après son premier effort, le magnifique Introspezione. Les années ont passé mais Opus Avantra (ou plutôt le duo Donella Del Monaco et Paolo Troncon) n'a pas varié de sa ligne artistique d'une grande exigence et qui reste encore aujourd'hui tellement surprenante. La proposition musicale d'Opus Avantra est à la fois proche et loin du rock progressif (en tout cas très loin si l'on s'en tient à ce qui sort actuellement).  Cet album a le mérite de sortir totalement des sentiers battus et oblige évidemment à une écoute approfondie et studieuse. Mais à l'arrivée, l'auditeur y trouvera sûrement à un moment ou à un autre son bonheur. Pour ma part la dernière partie de l'album avec "Vento del Nord" "Cyrcles"  "Aurea Lyra" et "Ineffabile Realtà'"m'a totalement ravi. Je sors du lot le captivant "Sceleratus" qui devrait s'inscrire sans problème dans les meilleurs titres de la discographie du groupe.
Il est un fait certain que les nouveaux et jeunes arrivants dans la formation apportent un plus, que ce soit Laura Balbinot et son violoncelle ou Andrea de Nardi aux claviers que l'on est content de retrouver en si bonne compagnie (Andrea suit depuis un bon moment Aldo Tagliapietra dans sa carrière solo).   
Si besoin était la présence de Jenny Sorrenti (Saint Just), Alberto Radius (Formula 3, Il Volo, Radius),  Lino Vairetti et Tony Esposito (Osanna) démontre l'aura et la réputation qu'a Opus Avantra dans le milieu des musiques progressives car les précités ne sont pas du genre à se commettre avec n'importe qui. 
Faites l'effort de vous pencher sur ce Rosa Rosae, vous ne serez pas déçu pour peu que vous ayez envie d'écouter une musique différente du commun !


Rosa Rosae comprend les titres suivants :

1 – Nuvole Bianche
2 – Pi-greco
3 – Mandala
4 – Sceleratus
5 – Rosa Rosae
6 - Vento del Nord
7 – Cyrcles
8 – Aurea Lyra
9 – Ineffabile Realta'

Le long teaser sur YT devrait vous permettre d'imaginer le genre de musique que vous allez entendre:
https://www.youtube.com/watch?v=oe3yPovyG2w

vendredi 4 janvier 2019

Le coin des vinyles : dopo l'infinito (Nuova Era)



 






Nuova Era : dopo l'infinito (LP, Contempo Records, 1989)

dopo l'infinito est le deuxième album du groupe Nuova Era, précurseur du renouveau du prog italien (cf extrait de chronique juste après). Ses trois premiers disques sont sortis à la fois en version CD et vinyle chez Contempo Records.
Nous parlons bien ici du label italien basé à Florence à ne pas confondre avec le label anglais du même nom spécialisé dans le funk, la soul, le disco et le rythm'blues. Pendant la période 1984/1995, durant laquelle il a eu une activité intense, le label florentin a ratissé assez large en produisant aussi bien du lourd extrême (Liftiba, Diaframma, Death SS) que des musiques de films  de compositeurs italiens (Riz Ortolani, Piero Umiliani, Ennio Morricone, Armando Trovajoli, Aldo Piga). Il s'est aussi intéressé au rock progressif en ayant la bonne idée de rééditer des albums de quelques groupes de proto prog (I Ribelli, Equipe 84) ainsi que ceux de  noms plus connus (Acqua Fragile, Cervello, Il Rovescio della Medaglia, Perigeo, Pierrot Lunaire, Reale Accademia di Musica, Museo Rosenbach, The Trip). Enfin, il s'est distingué en prenant sous son aile quelques nouvelles formations prog italiennes comme Arcansiel, Aton's et Nuova Era.

"Il faut le réaffirmer haut et fort : rien que pour avoir eu le courage d’émerger à une période complètement hostile au rock progressif, Nuova Era mérite ses lettres de noblesse. Quand on écoute L’ultimo viaggio puis Dopo l’infinito sorti un an après, on se dit que Walter Pini et son groupe se sont tout simplement trompés de décennie. Quel dommage car ce rock progressif symphonique et dynamique parfois à la limite du heavy évoque aussi bien Alphataurus que Museo Rosenbach (écoutez « Eterna Sconfitta » sur L’ultimo viaggio pour vous en convaincre). Les Florentins auront le courage de sortir quatre LP avant de lâcher l’affaire en plein renouveau du progressif italien. Depuis Walter Pini tente régulièrement de relancer son groupe." (extraits du livre Plongée au cœur du rock Progressif Italien, éditions Camion Blanc)


mardi 1 janvier 2019

Andrea Torello : Appunti di Viaggio

Voilà une première parution discographique qui me paraît adaptée pour un premier jour de l'année un peu cotonneux. Andrea Torello sort un premier album solo instrumental construit sur de très belles ambiances sereines qu'il développe au gré de ses humeurs. Nous avons là une succession de dix petites vignettes atmosphériques à la fois calmes et mélodieuses. Il est aidé par quelques amis dont Simone Piccolini que l'on retrouvait avec son père (Franco) sur le dernier album d'Il Cerchio d'Oro. Andrea n'est pas un inconnu puisqu'il a auparavant participé à plusieurs albums avec Qirch et Nightcloud.  
Appunti di Viaggio a été enregistré principalement par Andrea (basse, guitares, claviers, synthés, batterie, voix) avec l'aide de Simone Piccolini (piano, mellotron, synthés), Michele Torello (guitare), et Luciano Giorda (guitare). 
Voici la track list que vous pouvez écouter sur Soundcloud 
01|  Intro
02|  Ed è quasi per caso
03|  Risveglio
04|  Solo per te
05|  L’origine del mondo (https://www.youtube.com/watch?v=5TCijTBXzGg)
06|  Te lo dico cosi
07|  Ninna nanna
08|  Estate di sera
09|  Melodia d'autunno
10|  Outro

lundi 31 décembre 2018

Edito du Nouvel An 2019 (en français et en italien)


Cet édito devrait être optimiste, il ne le sera pas vraiment. L’Homme sait créer les plus belles choses, il est aussi malheureusement capable du pire. Pour paraphraser Coluche, l’Homme est capable du meilleur comme du pire mais c’est dans le pire qu’il est le meilleur. Je n’ai pas ici à m’étendre sur un personnel politique déficient et sur un système politique à bout de souffle. Je n’ai pas à commenter les errements d’une humanité en pleine décadence qui court inéluctablement à sa propre perte. Je laisse de côté le climat et le bio qui sont devenus aujourd’hui des prétextes faciles pour les donneurs de leçon et les multi nationales mercantiles.
Moi ce qui m’intéresse, c’est le beau et tout particulièrement la musique. Mais dans ce domaine également le niveau d’exigence baisse à toute vitesse. Là aussi, la dégénérescence programmée est en marche. Le son est numérisé, compressé, artificiellement modifié. Le résultat (je devrais dire le résidu) est écouté dans des conditions abjectes, le téléphone portable servant de lecteur, les oreillettes servant d’écouteurs. 95% de ce qui est écouté dans ces conditions n’est pas de la musique au sens noble du terme. Vous me direz : compte-tenu de ce qui est écouté, cela ne vaut pas mieux ! C’est un fait. Mais cela induit un autre phénomène à moyen terme, plus grave et irréversible celui là. C’est ce son qui va devenir la norme dans les années à venir ! Vos enfants, petits enfants ne distingueront plus aucune subtilité, plus aucune profondeur de son. Leurs références en matière de dynamique et d’harmonique seront irrémédiablement tronquées. Comment dans ces conditions continuer à produire de la belle musique (classique, jazz, art rock, prog mais aussi rock, hard rock, etc…, il n’y a pas de style plus ou moins supérieur) ? Car pour que çà fonctionne, il faut un public pour écouter et apprécier mais aussi pour rémunérer les artisans artistes. Je vous rassure (ou pas), je n’ai pas d’autre réponse à apporter que de continuer à écouter la musique que j’aime et à soutenir les vrais musiciens avec mes modestes moyens.
Allez, je souhaite une bonne année 2019 - et de bonnes oreilles – à tous les résistants du beau son et à tous ceux qui défendent la belle musique. Si vous lisez ces lignes, c’est que vous en faites partie ! Que la force soit avec nous !

Questo édito del nuovo anno dovrebbe essere ottimista, non lo sarà veramente. L'uomo sa creare le più belle cose, è tanto purtroppo capace del peggio. Per parafrasare Coluche, l'uomo è capace del migliore come il peggio ma è nel peggio che è il migliore. Non ho qui a stendermi su un personale politico deficiente e su un sistema politico ad estremità di soffio. Non ho a commentare gli errori di un'umanità in piena decadenza che corre ineluttabilmente alla sua propria perdita. Lascio da parte il clima ed il « bio » che sono diventati oggi dei pretesti facili per i datori di lezione ed i multi nazionali mercantili.
Io ciò che mi interessa, è il bello ed in modo particolare la musica. Ma in questo campo il livello di esigenza abbassa anche a tutta velocità. La degenerazione programmata è là anche, in marcia. Il suono è digitalizzato, compressé, artificialmente modificato. Il risultato, dovrei dire il residuo, è ascoltato nelle condizioni abiette, il telefono portabile servente di lettore, le orecchiette che servono di ricevitori. il 95% di ciò che è ascoltato in queste condizioni non sono della musica al senso nobile del termine. Mi direte: conto-tenuto di ciò che è ascoltato, ciò non è meglio! È un fatto. Ma ciò induce un altro fenomeno a medio termine, più grave ed irreversibile quello là. È questo suono che va a diventare la norma negli anni futuri! I vostri bambini, piccoli bambini non distingueranno più nessuna finezza, più nessuna profondità di suono. I loro riferimenti in materia di dinamica e di armonico sarà troncato irrimediabilmente. Come in queste condizioni continuare a produrre della bella musica (classico, jazz, arte rock, prog ma tanto rock, hard rock ….). Perché affinché çà funziona, occorre un pubblico per ascoltare ed apprezzare ma anche per rimunerare gli artigiani artisti. Vi rassicuro, o non, non ho altra risposta a portare che continuare ad ascoltare la musica che amo ed a sostenere i veri musicisti coi miei modesti mezzi.
Andate, auguro un buono anno 2019 - e dei domestiche orecchi - a tutti i resistenti del bel suono ed a tutti quelli che difende la bella musica. Se leggete queste linee, questo è che ne fate parte! Che la forza sia con noi ! (afflitto per il cattivo italiano !!!)

dimanche 30 décembre 2018

Ma sélection RPI 2018

Voici donc mon top des sorties de l'année 2018 pour le rock progressif italien. Hollowscene rate de peu la première marche (il faudra revoir le chant la prochaine fois ou le confier à Demetra). C'est donc Lavianticà qui décroche la timbale avec un second album tout instrumental superbe, vous pouvez me faire confiance. Comme d'habitude, présentation par ordre alphabétique pour ne pas faire de jaloux :

Ancient Veil : Rings of earthly...Live
F.E.M. : Mutazione
Hollowscene : Hollowscene
Il Segno del Comando : L'incanto dello zero
Lavianticà : The experience TOP "1" 2018
La Coscienza di Zeno : Una vita migliore
Tacita Intesa : FARO
Una Stagione All'inferno : Il Mostro di Firenze

J'ajoute une distinction spéciale de "meilleur jeune espoir" pour Opera Oscura avec Disincanto.qui se révèle être un premier essai très prometteur.  

Cette sélection a été réalisée parmi tous ces albums écoutés que j'ai diversement apprécié mais que je cite afin de n'oublier personne et qu'ainsi chacun puisse se faire son opinion en piochant dans cette liste (il se peut que j'en oublie certains) :
Alchem (Viaggio al centro della Terra), Ancient Veil : Rings of earthly...Live, Antilabé (Domus Venetkens), Baba Yoga (L'uomo progressivo), PierPaolo Bibbo' (Via Lattea), DAAL (Decalogue of Darkness et Navels falling into a living origami), Ellesmere (From sea and beyond), F.E.M. : Mutazione, Giardino di Miro (Different Times), Hollowscene : Hollowscene, Il Bacio della Medusa (Seme), Il Segno del Comando : L'incanto dello zero, Il Sentiero di taus (Macroscomosi), Karmamoi (The day is gone), Karmablue (ne apparenze, ne comete), Lavianticà : The experience, La Bottega del Tempo a Vapore (Viaggi inversi), La Coscienza di Zeno : Una vita migliore, La Teoria delle Nuvole : Versus Serendipità,Marchesi Scarmorza (Gemini),Moongarden (Align myself to universe), Nathan (Era), Not A Good Sign (Icebound), O.A.K. (Giordano Bruno), Officina F. Ili Seravalle (Brevi apparizioni), Marco Ragni (The wandering caravan), RanestRane (Starchild), Alberto Rigoni (EvoRevolution), Reale Accademia di Musica (Angeli Mutanti), Syndone (Mysoginia), Tacita Intesa (FARO), Una Stagione All'inferno (Il Mostro di Firenze)


lundi 24 décembre 2018

Antilabé : Domus Venetkens

Bien que Domus Venetkens soit le troisième album d'Antilabé en vingt cinq années d'existence, il y a probablement peu de monde à s'être intéressé à ce groupe qui, il est vrai, fait peu de promo et de communication. Avec la sortie de Domus Venetkens, il se pourrait que çà change. Je vous conseille fortement d'écouter de près cette longue séquence enregistrée live en 2016, regroupant plusieurs extraits de Domus Venetkens (c'est le seul extrait musical pour l’instant disponible), https://www.youtube.com/watch?v=uKU6AaW_D08
Cela devrait déjà vous donner une bonne idée de ce que propose le groupe. Cette superbe épopée vénitienne devrait rappeler un paquet de souvenirs aux vieus fans de prog que la culture musicale méditerranéenne touche car nombre de formations prog italiennes ont abordé avec bonheur ce style de musique à consonances traditionnelles et folkloriques.  Personnellement j'adore. Comme nous sommes proches de la période des vœux, je souhaite donc une grande réussite à Antilabé  et son  Domus Venetkens
Les titres :
1. Ene tioi
2. L’e’ riva carnoval
3. Ignote visioni
4. Glavize Visokoska
5. In balia dei flutti
6. Orria festa
7. Ionios Kolpos
8. Yi Eleuthera
9. Pythia
10. Gangra



Avec : Graziano Pizzati (claviers), Adolfo Silvestri  (basse), Carla Sossai (chant),  Luca Crepet (batterie), Luca Tozzato (batterie, percussions), Marino Vettoretti (guitares, flûte), Piergiorgio Caverzan (instruments à vent), Sara Masiero (harpe celtique), Elvira Cadorin (chant)
Graziano Pizzati – pianoforte a coda Steinway, tastiere
Adolfo Silvestri – basso acustico, elettrico e fretless, bouzouki
Carla Sossai – voce
Luca Crepet – batteria, percussioni, vibrafono
Luca Tozzato – batteria, percussioni
Marino Vettoretti – chitarre, synth guitar, flauto dolce
Ospiti:
Piergiorgio Caverzan:  clarinetto basso, sax soprano
Sara Masiero:–arpa celtica
Elvira Cadorin:  voce


Maggiori informazioni https://antilabe-com.webnode.it/



lundi 17 décembre 2018

Fabio Gremo en solo

Je suis évidemment très heureux de relayer l'annonce du premier album solo de Fabio Gremo, le très sympathique et attachant bassiste d'Il Tempio delle Clessidre. La sortie est imminente (Noël 2018). Sur Don't Be Scared Of Trying, Fabio est accompagné de : Sandro Amadei (piano), Giulio Canepa (guitares),  Steve Collins (choeurs), Marco Fabbri (batterie), Antoine Fantinuoli (violoncelle), Emmanuel Freesia (saxo) e Giuseppe Spanò (claviers). 
Le petit teaser ne dit pas grand chose (le meilleur est à venir) : 
https://www.youtube.com/watch?v=papi4o1IXW4

dimanche 16 décembre 2018

Premiata Forniera Marconi / Uriah Heep : même combat !

çà fait longtemps que je n'ai pas proposé une petite rareté, alors en voilà une de taille : Nous sommes à Bologne, le 25 juillet 1971 en plein concert de  Premiata Forniera Marconi et les milanais se lancent dans une reprise de Uriah Heep, l'incandescent "Gispy".  Let's rock !
https://www.youtube.com/watch?v=iGCdhSWDhV0&feature=share

mercredi 12 décembre 2018

Mad Fellaz, troisième album en vue

Le troisième album de Mad Fellaz ne devrait pas tarder. Enregistrement et mixage terminés. Voici déjà les titres des morceaux et une partie de l'artwork. La suite bientôt.
Tracklist:
 
1. “Es”/ Frozen Side (6:05)
2. Leaf (6:03)
3. Liquid Bliss (8:27)
4. Fumes From The Ruins (1:59)
5. Under These Clouds (3:19)
6. Frost (7:37)
7. Sweet Silent Oblivion (10:01)

Avec un petit teaser en avant première :
https://www.youtube.com/watch?v=JM2mY8xEj2Y&feature=share

dimanche 2 décembre 2018

La Teoria delle Nuvole : Versus Serendipità

La Teoria delle Nuvole est un nouveau groupe de prog italien qui sort ce mois ci son premier album : Versus Serendipità comprenant 7 titres :
  1. Tetris
  2. Etera
  3. Repetita
  4. Jeffrey
  5. Jezus
  6. Fat Boy
  7. Indole
Le groupe définit sa musique ainsi :  un album riche à plusieurs facettes avec des parfums des années 60/70, des passages psychédéliques, des moments jazzy, des rythmiques syncopées et des changements soudain d'ambiances.
En écoute YT "indole", morceau déjà prêt depuis 2016 :
https://www.youtube.com/watch?v=1u-wQTvcb_I

samedi 1 décembre 2018

Le coin des vinyles : Come in un' ultima cena (Banco del Mutuo Soccorso)







Banco del Mutuo Soccorso : Banco (LP, Manticore, MAL 2015, 1976)

Pour ce mois de décembre 2018, je vous présente Come in un' ultima cena, le LP sorti en 1976 par Banco del Mutuo Soccorso avec sa pochette une fois de plus si particulière qui justifie de posséder l'édition vinyle. En effet les milanais ont choisi un thème religieux pour l'iconographie de leur album, en l’occurrence  la Cène. Vous pourrez même vous amuser à identifier les membres du groupe parmi les apôtres entourant le Christ pour son dernier repas.
Musicalement, il est clair que Banco a encore évolué depuis Io sono nato libero qui remonte quand même à trois ans. Désormais, les puissantes envolées aux claviers ont disparu. De même, les grandes phases épiques et symphoniques se font rares. Il faudra attendre le dernier titre de l’album, « Fino alla mia porta » pour retrouver le Banco des premières années. Come in un’ultima cena est un album étonnamment posé et aéré. Autre différence marquante : les titres sont tous d’un format ramassé, le plus long restant largement sous les huit minutes. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, Come in un’ultima cena n’est pas d’un accès si facile. Le groupe joue beaucoup sur les ambiances et les nuances. Les titres sont très fouillés et un gros travail est réalisé sur l’instrumentation notamment acoustique (flûte, violon, clavecin,  cor français, guitare classique, trompette, clarinette). Autant d’éléments caractéristiques qui font que l’on peut rapprocher cet album dans sa démarche de celle de Gryphon et surtout de Gentle Giant. Enfin des titres comme « ...a cena, per esempio » ou encore les parties introductives de « Si dice che i delfini parlino », « Slogan » et « Voilà Mida » dégagent une intensité dramatique très marquée. Tout cela fait que Come in un’ultima cena n’est sans doute pas l’album de Banco qu’il faut écouter en premier. Il est plutôt à conseiller à ceux qui connaissent déjà bien le groupe.
(chronique extraite du livre  Le Petit Monde du Rock Progressif Italien, éditions Camion Blanc)


mercredi 28 novembre 2018

Phoenix Again : Live at Parkvilla Theatre

Nos amis de Phoenix Again sortent en cette fin de mois de novembre leur troisième live, Live at Parkvilla Theatre, souvenir d'une prestation mémorable des italiens aux Pays Bas. Il s'agit d'un double live uniquement disponible en version numérique téléchargeable sur le bandcamp du groupe à cette adresse :  phoenixagain.bandcamp.com

dimanche 18 novembre 2018

Macchina Pneumatica : Riflessi Maschere



Pour l'instant je n'ai que ce teaser YT à vous faire écouter.
Sortie prévue début 2019 chez Black Widow,
çà promet du sévère !
https://www.youtube.com/watch?v=kkctmwFg__Q&feature=share